dans Conseil d'État › XIII
dans vLex Belgique

3986 résultats pour Conseil d'État › XIII

  • Évaluation de vLex
  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 22 mai 2019

    La requête en annulation en cause, introduite dans le délai requis, doit être considérée comme le recours en annulation faisant suite à la demande de suspension d'extrême urgence. La mention par les parties requérantes sur ladite requête en annulation du numéro de rôle démontre d'ailleurs cette volonté de poursuivre la procédure entamée. Aucune disposition n'impose l'identité totale des parties...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 23 avril 2019

    Le voisin requérant a intérêt au recours. La seule qualité de propriétaire de parcelles voisines de celle qui fait l'objet d'un projet soumis à permis suffit à justifier l'intérêt au recours contre ce permis. En l'occurrence, le voisin requérant se prévaut de sa qualité de copropriétaire d'un bien voisin et cette qualité n'est pas contestée. La parcelle dont il est copropriétaire étant en partie...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 8 avril 2019

    En ce qui concerne l'imminence du péril, la présence des engins de chantier sur les lieux suffit à établir que les travaux vont débuter rapidement. La nature des travaux à réaliser induit une certaine rapidité dans leur exécution, ce qui justifie que la procédure d'extrême urgence soit privilégiée par rapport à la procédure de suspension ordinaire.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 5 avril 2019

    L'intérêt d'une personne morale de droit privé au recours en annulation et, par conséquent à une demande de suspension, doit s'apprécier en tenant compte de son objet social.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 5 avril 2019

    Même si l'arrêté attaqué, qui est un arrêté réglementaire, n'est pas soumis à la loi du 29 juillet 1991 relative à la motivation formelle des actes administratifs, il y a lieu de rappeler que tout acte administratif doit, pour être légal, reposer sur des motifs de droit et sur des motifs de fait matériellement exacts, régulièrement qualifiés et régulièrement appréciés.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 7 mars 2019

    Une demande d'indemnité réparatrice qui se fonde sur l'article 11bis, alinéa 1er, des lois sur le Conseil d'État, coordonnées le 12 janvier 1973, soumet son octroi à la constatation de la présence de trois éléments et prévoit une modulation. La première des conditions consiste en l'existence d'un préjudice, la deuxième en l'existence d'un lien de causalité et la troisième en l'existence d'une...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 7 mars 2019

    Le délai de 75 jours fixé par l'article 150bis, § 2, alinéa 5, du CWATUP est, à défaut de sanction attachée au dépassement de celui-ci, un délai d'ordre et non un délai de rigueur. L'absence de sanction ne signifie cependant pas pour autant que la décision ne doive pas être prise dans un délai raisonnable. Le caractère raisonnable ou non d'un délai est fonction des circonstances propres à chaque...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 7 mars 2019

    Sont irrecevables les nouveaux moyens ou développements soulevés au stade du mémoire en réplique qui ne relèvent pas de l'ordre public ou ont pu être portés à la connaissance de la partie requérante préalablement à la prise de connaissance du dossier administratif. Une telle exigence s'impose afin d'assurer le respect des droits de la défense, dont le principe du contradictoire. Ne relève pas de...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 7 mars 2019

    Lorsqu'un acte attaquable ne doit être ni publié ni notifié aux tiers, le délai de recours en annulation commence à courir pour eux à partir du moment où ils peuvent, en étant normalement prudents et diligents, acquérir de cet acte une connaissance suffisante. Un requérant ne peut toutefois reporter arbitrairement le point de départ du délai prévu pour l'introduction du recours, en sorte que la...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 20 février 2019

    Le recours à une procédure d'extrême urgence doit rester exceptionnel et ne peut être admis que lorsque cette procédure est seule en mesure de prévenir utilement le dommage craint par le requérant alors même que le référé ordinaire, de simple urgence, ne le pourrait pas. Le requérant doit aussi avoir fait toute diligence pour prévenir le dommage et saisir le Conseil d'État dès que possible. Cette

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 19 février 2019

    En l'absence de précision reconnue par les services compétents quant à l'emplacement exact de l'axe de ruissellement, il ne peut être reproché à l'auteur du permis d'urbanisme attaqué de ne pas avoir émis une condition plus précise sur ce point.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 18 février 2019

    Compte tenu de la présomption instaurée par l'article 4, § 2, alinéa 3, du règlement général de procédure qui dispose que lorsque la notification est faite par recommandé simple, le premier jour du délai pour l'introduction de la requête est le troisième jour ouvrable qui suit l'envoi du pli précité, il n'y a pas lieu d'avoir égard à la date de réception renseignée par les services postaux E-Track

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 18 février 2019

    La seule circonstance qu'un projet est conforme aux dispositions applicables des plans d'aménagement ne dispense pas l'autorité de démontrer, dans la motivation formelle du permis, qu'elle a vérifié que ce projet peut être implanté compte tenu des caractéristiques de l'endroit, ni de justifier sa décision au regard du bon aménagement des lieux. La notion de bon aménagement des lieux inclut...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 30 janvier 2019

    Le recours à une procédure d'extrême urgence doit rester exceptionnel et ne peut être admis que lorsque cette procédure est seule en mesure de prévenir utilement le dommage craint par le requérant alors même que le référé ordinaire, de simple urgence, ne le pourrait pas. Le requérant doit aussi avoir fait toute diligence pour prévenir le dommage et saisir le Conseil d'État dès que possible. Cette

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 28 janvier 2019

    Pour être adéquate, la motivation en la forme de la décision attaquée doit permettre de comprendre pourquoi, le cas échéant, l'autorité administrative, dans l'exercice de son pouvoir d'appréciation discrétionnaire, s'écarte des avis et décisions antérieurement intervenues sur la demande. Cette exigence ne va pas jusqu'à imposer à l'autorité compétente de répondre à chacun des arguments antérieurs

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 28 janvier 2019

    Le préjudice économique n'est pas établi. Il est hypothétique parce qu'il suppose qu'à partir de la date à laquelle la société requérante peut accéder à certaine parcelle, les autorisations qu'elle solliciterait lui seraient refusées. Dans une telle hypothèse, son préjudice découlerait de ces refus d'autorisations. Même si le préjudice économique résultant des bois scolytés est aggravé par les...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 24 janvier 2019

    L'autorité régionale, qui devait tirer toutes les conséquences de l'arrêt d'annulation, était ainsi obligée de réexaminer sa décision. Lors de ce nouvel examen, l'autorité régionale, qui a toujours le droit de changer d'avis, s'est ralliée à un nouvel avis de la DGO4 qui proposait à nouveau le refus de la demande. Elle le reproduit dans l'acte attaqué et s'en approprie les motifs qui ne sont pas...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 24 janvier 2019

    Conformément à l'article 150bis, § 2, du CWATUP, le certificat d'urbanisme n° 2 porte non seulement sur les informations contenues dans le certificat n° 1, tel que visé au paragraphe premier de la même disposition, mais contient également une appréciation du collège communal et du fonctionnaire délégué sur le projet concret conçu par le demandeur. L'appréciation porte sur le principe et les...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 24 janvier 2019

    Dès lors qu'il résulte des statuts de l'A.S.B.L. requérante que l'intérêt qu'elle défend de façon spécifique est "l'intérêt des activités économiques en ruralité\

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 23 janvier 2019

    Le fait que l'essentiel du délai imparti pour déposer un mémoire en réplique se soit écoulé durant les deux mois de vacances scolaires n'est pas un élément de nature à remettre en cause l'application de l'article 14bis du règlement général de procédure.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 22 janvier 2019

    L'autorité de chose jugée interdit la répétition, à l'occasion de la réfection d'un acte, d'une illégalité identique à celle qui a déterminé l'annulation.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 8 janvier 2019

    Le contrôle du Conseil d'État sur la matérialité des faits et leur qualification est complet. Le contrôle de l'appréciation est marginal, limité à l'erreur manifeste d'appréciation. A cet égard, en effet, il n'appartient pas au Conseil d'État d'intervenir comme arbitre des appréciations divergentes de l'administration et de la requérante quant au bon aménagement des lieux. Il ne peut substituer...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 8 janvier 2019

    Conformément à l'article 7 du décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale, une voirie communale ne peut en principe être créée, modifiée ou supprimée sans l'accord préalable du conseil communal ou, le cas échéant, du Gouvernement statuant sur recours.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 8 janvier 2019

    Le contrôle du Conseil d'État sur la matérialité des faits et leur qualification est complet. Le contrôle de l'appréciation est marginal quand celle-ci a eu lieu, limité à l'erreur manifeste d'appréciation. À cet égard, en effet, il n'appartient pas au Conseil d'État d'intervenir comme arbitre des appréciations divergentes de l'administration et de la requérante quant au bon aménagement des lieux.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 8 janvier 2019

    Le contrôle du Conseil d'État sur la matérialité des faits et leur qualification est complet. Le contrôle de l'appréciation est marginal, limité à l'erreur manifeste d'appréciation. À cet égard, il n'appartient pas au Conseil d'État, dans le cadre de son contrôle de la légalité, de juger si une demande de publicité est abusive. Il est uniquement compétent pour vérifier si l'autorité s'est basée...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 27 novembre 2018

    L'urgence ne peut résulter de la seule circonstance qu'une décision au fond interviendra dans un avenir plus ou moins lointain. Une certaine durée est en effet inhérente à la procédure en annulation et à l'exercice concret et complet des droits des parties. L'urgence ne peut être reconnue que lorsque le requérant établit que la mise en \u009cuvre de l'acte attaqué présenterait, au regard de l'inté

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 27 novembre 2018

    Que ce soit un désistement d'instance ou une perte d'intérêt, il n'est pas possible de condamner la Région wallonne aux dépens dès lors que le nouveau permis d'urbanisme a été délivré non par cette dernière mais par la commune, à la suite, de surcroît, d'une nouvelle demande de permis ayant initié une nouvelle procédure administrative.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 27 novembre 2018

    L'article 89 du Règlement général de procédure établit un régime d'exception aux différentes dispositions relatives aux délais de procédure en faveur des résidents des pays non limitrophes de la Belgique ou hors d'Europe. Comme tout régime d'exception, il est de stricte interprétation.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 22 novembre 2018

    Quand le permis d'urbanisme attaqué comporte une motivation autre que stéréotypée, les voisins requérants ne peuvent se contenter d'affirmer qu'il en serait dépourvu ou que l'autorité délivrante aurait commis une erreur manifeste d'appréciation. Il leur appartient d'exposer spécialement en quoi l'autorité communale aurait méconnu son obligation de motivation formelle ou aurait commis une erreur...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 19 novembre 2018

    Dans la mesure où le projet autorisé est un parc éolien soumis à étude d'incidences conformément à l'article D.63, § 2, du livre Ier du Code de l'environnement et de l'arrêté du Gouvernement wallon du 4 juillet 2002 arrêtant la liste des projets soumis à étude d'incidences et des installations et activités classées, une ASBL, qui a notamment pour objet social "la promotion, l'animation, la...

  • Sollicitez un essai pour afficher des résultats supplémentaires