Documents les plus récents

  • Urteil nº 103/2017 de Verfassungsgerichtshof, 1 septembre 2017

    In Sachen: Klage auf einstweilige Aufhebung der Artikel 1 bis 10 und 13 bis 18 des Dekrets der Französischen Gemeinschaft vom 29. März 2017 über das Studium der Medizin und der Zahnheilkunde, erhoben von Sarah Oudaha und anderen. Der Verfassungsgerichtshof, zusammengesetzt aus den Präsidenten J. Spreutels und E. De Groot, und den Richtern L. Lavrys...

  • Arrest nº 103/2017 de Grondwettelijk Hof, 1 septembre 2017

    Decreet van de Franse Gemeenschap van 29 maart 2017 betreffende de studie geneeskunde en de studie tandheelkunde (art. 1 tot 10 en 13 tot 18)

  • Arret nº 103/2017 de Cour Constitutionnelle, 1 septembre 2017

    Décret de la Communauté française du 29 mars 2017 relatif aux études de sciences médicales et dentaires (art. 1er à 10 et 13 à 18)

  • Décision judiciaire de Raad van State, 29 août 2017

    De verzoekende partij werd reeds op 17 maart 2017 uitgeleverd. Het betrokken land is er na een gebeurlijke vernietiging van de bestreden beslissing geenszins toe gehouden de verzoekende partij terug te sturen, zelfs niet indien België in dat geval daartoe diplomatieke druk zou kunnen uitoefenen. De verzoekende partij stelt ten onrechte dat een effectief beroep onmogelijk wordt gemaakt indien de tenuitvoerlegging van de beslissing tot uitlevering zijn belang zou aantasten. Zij gaat immers voorbij aan de mogelijkheid om een vordering tot schorsing bij UDN in te dienen. Het beroep is derhalve niet-ontvankelijk bij gebrek aan actueel belang.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 24 août 2017

    Moyennant le respect des exigences de proportionnalité et d'adéquation à l'objet du marché imposées par l'article 58, §1er, de l'arrêté royal du 15 juillet 2011, le pouvoir adjudicateur dispose d'une grande marge d'appréciation pour fixer les critères de sélection et les seuils à atteindre, de sorte que le Conseil d'État ne peut, dans le cadre du contrôle qu'il exerce, substituer son appréciation à la sienne à cet égard, sous réserve de la sanction d'une éventuelle erreur manifeste d'appréciation. Ne révèle pas davantage, en soi, une erreur manifeste d'appréciation le fait que six des huit candidats au marché n'aient pas été sélectionnés.

  • Décision judiciaire de Raad van State, 21 août 2017

    Het intekenen op de overheidsopdracht kan niet worden aangezien als een daad van dagelijks bestuur. De verzoekende partij concretiseert bovendien niet op afdoende wijze dat wat het indienen van de voorliggende offerte betreft, de cumulatieve voorwaarden van het geringe belang van de verrichting en de noodzaak van een snelle oplossing vervuld zijn opdat de organen van de verzoekende partij belast met het dagelijks bestuur bevoegd zouden zijn om in die hoedanigheid een derde te mandateren. De offerte blijkt niet door een daartoe bevoegd persoon ondertekend te zijn, waardoor de verwerende partij de offerte substantieel onregelmatig mocht bevinden. De omstandigheid dat in het recente verleden andere aanbestedende overheden anders hebben beslist, bindt de verwerende partij niet en kan niet -...

  • Décision judiciaire de Raad van State, 17 août 2017

    De verzoekende partij vraagt de debatten te heropenen indien een, volgens haar, determinerende e-mail geen deel uitmaakt van het administratief dossier. Het gegeven dat de betrokken e-mail te dezen geen deel uitmaakt van het door de verwerende partij neergelegde administratief dossier noch van de door de verzoekende partij bij het verzoekschrift gevoegde overtuigingsstukken, motiveert op zich niet het bevelen van een heropening van het debat. De gevraagde heropening van het debat strekt er in wezen toe de verzoekende partij de gelegenheid te geven om met een nieuw stuk haar standpunt te bewijzen en aldus te repliceren op het standpunt van de verwerende partij en het advies van het auditoraat op de terechtzitting. Een dergelijke wens is geen grond tot heropening van het debat. Voorts hee...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 14 août 2017

    L'ASBL Centrale de négociation pour les achats hospitaliers ne dispose pas de l'imperium, élément caractéristique permettant, selon la jurisprudence de la Cour de cassation, de conférer à une personne morale de droit privé la qualité d'autorité administrative au sens de l'article 14, §1er, alinéa 1er, des lois sur le Conseil d'État. Le Conseil d'État n'aperçoit par ailleurs pas en quoi, eu regard de la jurisprudence de la Cour de cassation, le fait qu'une personne morale de droit privé, constituée sous la forme d'une association sans but lucratif et qui compterait parmi ses membres l'une ou l'autre personne morale de droit public, impliquerait, par ce seul fait, que cette personne morale de droit privé doive être considérée comme une autorité administrative, au sens de cette disposition...

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 14 août 2017

    L'article 144, § 7, de la loi du 12 janvier 2005 de principes concernant l'administration pénitentiaire ainsi que le statut juridique des détenus dispose que l'autorité est tenue de notifier la décision disciplinaire par écrit dans les 24 heures de son adoption. Cependant, ce délai de 24 heures n'est assorti d'aucune sanction de sorte qu'il s'agit d'un simple délai d'ordre dont le dépassement ne peut, en lui-même, justifier l'annulation de la sanction disciplinaire.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 11 août 2017

    Dans la mesure où même si le projet en cause concerne une construction sur une parcelle qui s'inscrit dans un "périmètre d'intérêt biologique à maintenir ou à protéger" au schéma de structure communal (S.S.C.)., l'ASBL requérante n'apporte aucun élément ou début d'élément qui tendrait à établir que le projet pourrait, "avoir des effets négatifs importants" sur l'environnement à l'endroit considéré, la parcelle ayant jusqu'alors été cultivée et, donc, labourée. Il s'ensuit que l'ASBL requérante ne peut faire valoir un intérêt "réputé suffisant" au sens de l'article 9, § 2 de la Convention.