Documents les plus récents

  • Décision judiciaire de Raad van State, 22 juillet 2019

    Verzoekers vordering tot schorsing van de tenuitvoerlegging van de bestreden beslissingen is verworpen. Verzoeker heeft na de kennisgeving van dit arrest geen verzoek tot voortzetting van de rechtspleging ingediend. In zijn verzoek om te worden gehoord en ter terechtzitting voert verzoeker aan dat hij op onoverwinnelijke wijze heeft gedwaald bij het niet verzoeken om de voortzetting van de procedure. In casu zijn geen omstandigheden aanwezig die verzoeker buiten zijn wil hebben verhinderd om tijdig een verzoek tot voortzetting in te dienen. Verzoeker erkent zelf te hebben beslist om de procedure niet voort te zetten. Dat de raad van beroep inzake tuchtzaken voor ambtenaren, in afwachting van de uitspraak in de voorliggende zaak, geen advies in de tuchtzaak tegen verzoeker heeft uitgebracht, maakt geen onoverwinnelijke dwaling uit. Verzoeker wist immers ruim voor het verstrijken van de termijn voor het indienen van een verzoek tot voorzetting van de rechtspleging dat een tuchtprocedure tegen hem was gestart, die gesteund was op de feiten die ook in het voorliggende beroep aan bod komen. Bovendien blijkt de zitting van de raad van beroep te hebben plaatsgevonden nadat de termijn voor het indienen van een verzoek tot voortzetting reeds was verstreken, zodat verzoeker de raad van beroep daar zelf op had kunnen wijzen.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 11 juillet 2019

    Tout acte administratif à portée individuelle satisfait aux exigences des articles 2 et 3 de la loi du 29 juillet 1991, lorsqu'il fait l'objet d'une motivation formelle, laquelle consiste en l'indication, dans l'acte, des considérations de droit et de fait servant de fondement à la décision. Cette motivation doit être claire, complète, précise, pertinente et adéquate afin de permettre aux intéressés de comprendre les raisons fondant la décision et de vérifier qu'elle a été précédée d'un examen des circonstances de l'espèce. La motivation formelle peut, le cas échéant, être admise par référence à un autre document pour autant, soit que la substance de ce document soit rapportée dans l'acte, soit que le destinataire ait eu connaissance de ce document au plus tard au moment où l'acte lui est notifié, auxquels cas la motivation de l'acte auquel l'autorité se réfère doit satisfaire aux exigences de la loi précitée.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 10 juillet 2019

    L'article 135, § 2, alinéa 2, 5°, charge les autorités locales du soin de prévenir, par les précautions convenables, et celui de faire cesser par la distribution des secours nécessaires, les accidents et fléaux calamiteux, tels que les incendies, les épidémies et les épizooties. Les autorités locales sont ainsi chargées du soin de prévenir et de faire cesser les atteintes à la salubrité publique qui trouvent leur origine dans l'existence de logements insalubres. Pour l'application de cette disposition, la notion d'insalubrité doit être appréciée en fonction de critères d'hygiène: l'habitation insalubre est celle dont l'occupation risque de provoquer des maladies contagieuses ou d'en favoriser la propagation, celle qui, étant un foyer d'infection ou ne répondant plus à ce qui est considéré comme étant aujourd'hui le strict minimum en matière d'hygiène, menace non seulement la santé d'éventuels occupants mais aussi la santé publique en général.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 10 juillet 2019

    Dès lors que la requérante a perdu son intérêt en raison de l'adoption par la partie adverse d'une décision sur une nouvelle demande, ni elle, ni la partie adverse ne peuvent être considérées comme ayant obtenu gain de cause. Il n'y a dès lors pas lieu d'accorder une indemnité de procédure.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 10 juillet 2019

    Le prix sur lequel portait la demande de fixation était de 8,66 \u0080, dans lequel un montant de 0.49 \u0080 correspondait aux "Frais de reconditionnement". Le prix de 7,42 \u0080, fixé par l'autorité administrative sur la base d'une moyenne de prix appliqués dans certains pays de l'Union européenne, ne correspond pas à celui qui eût été fixé si la décision fixant le prix du médicament était déterminée par le rejet des frais de reconditionnement estimés anormalement élevés. Au vu de cette différence et à défaut d'éléments du dossier administratif qui permettraient de l'expliquer, l'anormalité des frais de reconditionnement revendiqués par la société requérante dans sa demande d'autorisation n'apparaît pas justifiée de manière déterminante la fixation du prix autorisé à un montant égal à celui de la moyenne des prix pratiqués dans certains pays européens. Ainsi, rien, à la lecture du dossier administratif n'autorise à constater que l'autorité administrative aurait estimé que l'anormalité des frais de reconditionnement affecterait l'ensemble de la structure de prix au point qu'elle doive être écartée au profit d'une autre base de fixation du prix autorisé, telle la moyenne de prix pratiqués dans d'autres pays de l'Union européenne. Le dossier administratif ne permet pas davantage de constater que l'autorité administrative aurait tenu un autre raisonnement susceptible de justifier, par des motifs déterminants, le prix fixé.

  • Décision judiciaire de Raad van State, 9 juillet 2019

    Gelet op art. 50 van het Vlaams Onteigeningsdecreet, is de vrederechter bevoegd om uitspraak te doen over de wettigheid van de onteigening, en bijgevolg om de voor de onteigening vereiste besluiten van de onteigenende overheid op zowel hun interne als op hun externe wettigheid te toetsen. Die bevoegdheid van de gewone rechter sluit de bevoegdheid van de RvS uit om kennis te nemen van een beroep tot nietigverklaring van deze handelingen. Ten onrechte meent verzoeker dat dit niet (langer) het geval is doordat art. 43 van het Vlaams Onteigeningsdecreet bepaalt dat het definitief onteigeningsbesluit kan bestreden worden bij de RvVb, zonder dat die bevoegdheid afhankelijk wordt gesteld van de opstart van de gerechtelijke onteigeningsprocedure. Wat er van de beweerde parallelle rechtsmacht tussen de vrederechter en de RvVb ook zij, het voorliggende beroep is niet ingesteld op basis van art. 43 van het Vlaams Onteigeningsdecreet, maar op basis van de algemene bevoegdheid van de RvS op grond van art. 14 van de RvS-wet. Deze algemene bevoegdheid is residuair en uitgesloten wanneer tegen een bepaalde bestuurshandeling een andere jurisdictionele beroepsmogelijkheid openstaat. Nu verzoeker door de verwerende partij voor de vrederechter is gedagvaard en bijgevolg de wettigheid van het ministeriële onteigeningsbesluit voor de vrederechter kan betwisten, verliest de RvS te dezen zijn rechtsmacht.

  • Décision judiciaire de Conseil d'État, 8 juillet 2019

    L'article 3, § 3, de l'arrêté royal du 5 décembre 1991 déterminant la procédure en référé devant le Conseil d'État dispose qu' "[e]n cas d'extrême urgence, le requérant peut adresser une copie de la requête au Conseil d'État par télécopieur; il l'adresse aussi conformément aux articles 84 à 85bis du règlement général de procédure au plus tard le premier jour ouvrable qui suit". La partie requérante pouvait également faire le choix de la procédure électronique conformément à l'article 85bis du règlement général de procédure précité. Le fait que l'original a été déposé uniquement en mains propres au comptoir du greffe et est bien parvenu dans les temps au Conseil d'État n'énervent cependant en rien le fait que les dispositions précitées de l'arrêté relatif à la procédure en référé ainsi que du règlement général de procédure sont claires: pour que la demande de suspension d'extrême urgence soit valablement introduite (de même que l'envoi de toutes les pièces de procédure), elle doit impérativement l'être soit par pli recommandé à la poste soit par le biais d'un dépôt sur la plateforme électronique du Conseil d'État. Aucune exception à cette règle n'est prévue. La communication par télécopie de la demande de suspension d'extrême urgence ne vise qu'à assurer un traitement aussi rapide que possible de la demande et de permettre ainsi une fixation de l'affaire au plus vite et ce dans l'intérêt de la partie requérante. Par ailleurs, seule la partie adverse peut pour des raisons évidentes (délais de procédure en suspension parfois extrêmement courts, nécessité de statuer en possession du dossier administratif,\u0085) faire porter contre accusé de réception une note d'observations et le dossier administratif, conformément à l'article 3, § 2, de l'arrêté du 5 décembre 1991. Il n'est en outre pas envisageable que le greffe, en plus de toutes ses missions, doive procéder à la réception au comptoir des pièces de procédure.

  • Décision judiciaire de Raad van State, 8 juillet 2019

    Art. 35, derde lid, DBRC-decreet relativeert de vernietigingsbevoegdheid van de RvVb in die zin dat een onwettigheid slechts aanleiding geeft tot een vernietiging, indien de partij die ze aanvoert wordt benadeeld door de ingeroepen onwettigheid. Het GwH heeft aangenomen dat deze bepaling niet de draagwijdte heeft dat verzoekende partijen zich niet langer op een onwettigheid zouden kunnen beroepen wanneer zij niet kunnen aantonen dat de aangevoerde onwettigheid een invloed kan hebben op de inhoud van de genomen beslissing, noch als gevolg heeft dat een verzoekende partij zelf moet bewijzen dat de aangevoerde onregelmatigheid een invloed kan hebben op de inhoud van de genomen beslissing" (GwH 5 juli 2018, nr. 87\/2018, B.29.3).

  • Décision judiciaire de Raad van State, 2 juillet 2019

    Artikel 4 van de wet van 19 februari 1965 'betreffende de zelfstandige beroepsactiviteit der vreemdelingen' bepaalt enkel dat de beroepskaart slechts mag worden afgegeven aan de vreemdeling die een vergunning heeft gekregen om in België te verblijven of er zich te vestigen. Vermits de wet geen nadere criteria bevat, beschikt de overheid over een ruime discretionaire bevoegdheid. Wat de wijze betreft waarop de overheid haar discretionaire bevoegdheid heeft uitgeoefend, komt het de RvS niet toe zijn beoordeling in de plaats te stellen van die door de bevoegde administratieve overheid. Hij is in de uitoefening van zijn wettigheidstoezicht enkel bevoegd om, desgevraagd, na te gaan of de administratieve overheid op grond van de juiste en correct beoordeelde feitelijke gegevens, in redelijkheid tot de BB is kunnen komen. De verzoekster toont in casu niet aan dat de verwerende partij haar discretionaire bevoegdheid op onwettige wijze heeft uitgeoefend.

  • Décision judiciaire de Raad van State, 27 juin 2019

    Uit de BB, of minstens uit de stukken van het dossier, moet blijken dat de vergunningverlenende overheid de haar door artikel 16, § 1, van het natuurbehouddecreet opgelegde zorgplicht is nagekomen. Uit de motivering in de BB inzake de "natuurtoets" kan worden afgeleid dat uit een -niet voorgelegde- aanvullende nota zou blijken dat "er momenteel geen ander alternatief te realiseren is\