La RSE est-elle une plusvalue pour les PME?

Auteur:Anne Peeters
Pages:101-106
SOMMAIRE

Peu d'entreprise ne trouveront aucune plus-value à se lancer dans la RSE. La principale difficulté réside dans le fait que le retour sur investissement est de moyen terme, sauf exception. En d'autres termes, une entreprise n'a rien à perdre à se lancer dans la RSE.

 
EXTRAIT GRATUIT

Page 101

Bien pensée, la RSE est et doit être une stratégie gagnante pour les PME. Elle les positionne dans la classe de l'excellence par rapport aux donneurs d'ordres publics et privés et par rapport aux consommateurs, voire aux investisseurs. Certains acteurs comme les banques et les compagnies d'assurance y sont de plus en plus sensibles. Les donneurs d'ordres imposent de plus en plus de démarches supérieures à ce qu'exigent les législations à leurs fournisseurs et sous-traitants. Que ce soit dans le domaine social ou environnemental, il s'agit de se mettre à l'abri d'une prise en défaut dans la filière de production, de minimiser les risques, de prévenir les accidents. De plus en plus, des exigences spécifiques dans les domaines social et environnemental sont incluses dans les cahiers des charges et constituent un critère aussi important que le prix ou la qualité. En d'autres termes, la RSE fait de plus en plus partie de la qualité totale du produit.

Page 102

Les pouvoirs publics ont eux aussi une tendance croissante à placer des clauses sociales et environnementales dans les marchés publics. Cette donnée a poussé certaines entreprises souffrant plus que d'autres de la concurrence de pays à bas salaires et où les normes environnementales sont faibles, à intégrer des labels sociaux et / ou environnementaux. De plus certains pouvoirs publics s'étant dotés eux-mêmes de normes, standards ou labels, comme l'EMAS, sont tenus d'exiger des informations quant à la qualité environnementale de leurs sous-traitants et fournisseurs.

On pourrait penser que cette tendance lourde devrait amener les entreprises à opter pour des standards reconnus. C'est évidemment mieux, mais cela ne va pas de soi ! Des pratiques suivies, affichées et dont la réalité est attestée ou simplement avérée, sont elles aussi des plus-values par rapport aux donneurs d'ordres.

On le sait, dans les secteurs dont les services et produits sont «plus proches» du marché grand public, les consommateurs sont de plus en plus demandeurs d'éthique et de RSE. On relèvera Page 103 cependant que cette attente est davantage caractéristique du moyen et du haut de gamme que du très haut de gamme ou au contraire, du très bas de gamme. L'éthique s'intègre dans le prix, ce qui explique le peu d'intérêt des entreprises bas de gamme. Il entre très peu dans les critères d'achat des...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI