Chèques-repas: non-déductibles?

Auteur:Valerie-Anne de Brauwere
Fonction :Licenciée en droit avec grande distinction de l'Université Catholique de Louvain
 
EXTRAIT GRATUIT

L'institution des chèques-repas a connu un "boum" au cours de ces dernières années. Ceux-ci présentent en effet l'avantage de permettre à l'employeur d'offrir à son personnel un repas de midi en dehors de l'entreprise. Ainsi, une part non négligeable du budget consacré par l'employeur au personnel leur est fréquemment réservée. Si je vous demande quel statut, selon la logique, devraient avoir ces chèques-repas, vous me répondrez certainement qu'ils apparaissent incontestablement comme étant des frais professionnels, au même titre que les rémunérations, et en conséquence qu'ils sont déductibles dans le chef de l'employeur.

Mais détrompez - vous ! Le raisonnement de l'administration fiscale n'est pas toujours fondé sur la logique...

Ainsi, le Commentaire administratif du Code des impôts sur les revenus, Commentaire rédigé par l'administration fiscale, prévoit que les chèques-repas, s'ils répondent à certaines conditions, constituent un avantage social exonéré dans le chef des bénéficiaires, c'est-à-dire dans le chef du personnel, et corrélativement, ne sont pas déductibles dans le chef de l'employeur.

Cette position de l'administration fiscale ne peut être acceptée, et ce pour deux raisons.

Tout d'abord, cette interprétation est contraire aux termes et à l'esprit du Code des impôts sur les revenus. Celui-ci n'exonère effectivement que certains avantages, en l'occurrence les avantages dont on ne peut déterminer le montant effectivement recueilli par chacun des bénéficiaires, les avantages qui n'ont pas le caractère d'une véritable rémunération et les menus avantages ou petits cadeaux.

Il est manifeste que le législateur a ainsi entendu exonérer dans le...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI