La place des parties prenantes

Auteur:Anne Peeters
Pages:55-62
SOMMAIRE

L'écoute des parties prenantes est la première étape d'une démarche RSE. Cette démarche part du bon sens. Pour qu'une entreprise comprenne les attentes qui sont celles des acteurs qui l'entourent, elle doit d'abord les interpeller. Selon les secteurs, certaines parties prenantes sont plus importantes que d'autres, même si toutes seront à un moment donné, interpellées.

 
EXTRAIT GRATUIT

Page 55

Par «parties prenantes», on entend toutes les parties et les acteurs qui participent directement au fonctionnement de l'entreprise - les salariés, les actionnaires et les investisseurs -, mais aussi les acteurs externes à l'entreprise, comme les riverains, les clients et les consommateurs, les donneurs d'ordres, les ONG et les organisations syndicales mais aussi la société dans son ensemble. Cela signifie concrètement que le chef d'entreprise doit se montrer attentif aux demandes adressées directement ou indirectement à l'entreprise. C'est tout simplement être attentif aux demandes émergentes, cela signifie anticiper les changements et les mutations de son secteur et de la communauté où évolue l'entreprise. Cette écoute n'est pas propre à la RSE. Elle est somme toute une exigence classique de l'entrepreneur. La différence entre l'anticipation de l'évolution du marché et la RSE tient au fait que l'entrepreneur combinera, dans le second cas, une attention de marché à une attention moins directement commerciale.

Page 56

Les autodiagnostics évoqués plus haut sont aussi, à cet égard, des outils d'auto-évaluation de la prise en compte des demandes des parties prenantes, autant de façons de «benchmarker», de se mesurer, en d'autres termes, aux entreprises, les plus performantes du secteur.

Revenons sur quelques acteurs spécifiques. On pourrait par exemple se demander pourquoi tenir compte des organisations syndicales dans de très petites entreprises. La place et le poids des organisations syndicales en Belgique obligent tout acteur de taille importante souhaitant développer un outil de RSE de le faire en étant à l'écoute des organisations syndicales. Ces dernières sont au centre des demandes des salariés dans leur ensemble et elles constituent dès lors une caisse de résonnance des problèmes émergents. Par ailleurs, en interne, elles ont développé des démarches s'apparentant à de la RSE, notamment dans le domaine environnemental ou encore dans celui de la diversité. Dans la mesure où de nombreux actifs salariés de PME sont affiliés à des organisations syndicales, il convient de ne pas négliger cette piste dans l'élaboration d'outils spécifiques pour développer la RSE dans les jeunes entreprises.

Page 57

Pour identifier les demandes des parties prenantes directes, des questionnaires peuvent être, par exemple, adressés aux parties prenantes, un peu à l'instar d'une enquête de satisfaction réalisée auprès des clients de l'entreprise...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI