Et demain ? L'évolution probable des exigences P.E.B.

Auteur:Jean-Marie Hauglustaine - Michel Delnoy
Occupation de l'auteur:Architecte , Département des Sciences et Gestion de l’environnement, Université de Liège - Avocat , Barreau de Liège
Pages:188-192
SOMMAIRE

A. L’énergie grise et le choix de l’implantation - B. L’émission de CO2 lors de la construction

 
TABLE DES MATIÈRES
EXTRAIT GRATUIT

Page 188

L’approche de la consommation d’énergie d’un bâtiment pourrait englober la consommation d’énergie primaire, à savoir celle prélevée à la planète, consommée pour :

• sa construction, et sa (ses) rénovation(s) ultérieure(s) ;

• son utilisation ;

• pour le transport des usagers du bâtiment que sa localisation induit.

A L’énergie grise et le choix de l’implantation

N. KÖHLER a évalué 227 la consommation d’énergie primaire – exprimée en MWh/ an par poste de bureau – de quatre bâtiments de bureaux (l’un existant, les autres neufs), pour leur construction (et/ou rénovation), leur utilisation, la fabrication et l’utilisation d’équipements domotiques (utilisés dans certains bâtiments dits « intelligents ») et pour le transport des usagers du bâtiment que l’implantation induit.

Les graphiques ci-après récapitulent ces modes de consommation dans le cas de quatre bâtiments de bureaux (l’un existant, les autres neufs), de caractéristiques d’enveloppe comparables (en compacité et isolation thermique).

Ils se différencient par leur niveau de performance des systèmes de ventilation, chauffage, refroidissement et éclairage.

Les bâtiments fortement équipés ont des faux-planchers et des faux-plafonds, et disposent d’un équipement de conditionnement d’air généralisé.

Les quatre projets se distinguent comment étant :

  1. un bâtiment neuf équipé de systèmes de qualité standard ;

  2. un bâtiment neuf également, mais équipé de systèmes de meilleure qualité ;

  3. un bâtiment rénové, équipé de système d’excellente qualité ;

  4. un bâtiment neuf que l’on pourrait qualité de « high tech » faisant appel aux technologies les plus pointues.

Le premier graphique (ci-contre) donne l’énergie grise nécessaire pour la construction (ou rénovation) et celle nécessaire pour l’utilisation du bâtiment, ramenée en MWh/an par poste de travail de 20 m² et faisant l'hypothèse d'une durée de vie du bâtiment de 100 ans.

Page 189

[VOIR FIGURE EN PDF ADJOINT]

Figure 66 : energie primAire nécessAire à lA construction et à l'utilisAtion des 4 projets de bâtiments

Ce graphique confirme que l’énergie primaire utilisée pour la construction des bâ-timents s’échelonne, actuellement, entre 20 et 0 % du total, tandis que l’énergie consommée pendant l’utilisation des bâtiments varie entre 70 et 80 % de ce même total, déplacement exclus.

Dans les quatre bâtiments, l’énergie primaire consommée...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI