20 MAI 2020. - Arrêté du Gouvernement wallon étendant le périmètre et modifiant les conditions de gestion de la réserve naturelle agréée de « Dailly » à Couvin

 
EXTRAIT GRATUIT

Le Gouvernement wallon,

Vu la loi du 12 juillet 1973 sur la conservation de la nature, article 6, modifié par le décret du 7 septembre 1989, article 10, modifié par le décret du 11 avril 1984, article 11, modifié par le décret du 6 décembre 2001, article 12, article 13, article 18, article 19, modifié par le décret du 6 décembre 2001, article 37, modifié par les décrets du 11 avril 1984 et du 22 mai 2008, et article 41, modifié par les décrets du 7 septembre 1989 et du 6 décembre 2001 ;

Vu l'arrêté de l'Exécutif régional wallon du 17 juillet 1986 concernant l'agrément des réserves naturelles et le subventionnement des achats de terrains à ériger en réserves naturelles agréées par les associations privées, articles 10 et 11 ;

Vu l'arrêté de l'Exécutif régional wallon du 18 juillet 1991 portant agrément de la réserve naturelle de "Dailly", à Couvin ;

Vu l'arrêté de l'Exécutif régional wallon du 25 février 1999 portant agrément de la réserve naturelle de "La Prée", à Couvin ;

Vu la demande d'agrément déposée par l'asbl NATAGORA en août 2011 qui concerne l'extension de la réserve naturelle agréée à de nouvelles parcelles cadastrales, la mise à jour des données cadastrales des parcelles agréées. La modification des conditions de gestion et l'incorporation de parcelles cadastrales venant d'une autre réserve naturelle agréée ;

Vu l'avis favorable du Conseil Supérieur Wallon de la Conservation de la Nature, remis le 28 février 2012 ;

Vu l'avis favorable du Collège provincial de Namur, remis le 10 mai 2012 ;

Considérant que ces nombreuses modifications plaident pour une révision complète de l'arrêté de création de la réserve ;

Considérant que la réserve est majoritairement composée de milieux caractérisés par un sol calcarifère, dont notamment des prairiaux, des pelouses calcaires et des fourrés en transition avec la chênaie-charmaie ;

Considérant que la réserve héberge plus d'une vingtaine de plantes vulnérables ou en danger, la plupart étant protégées, quelle héberge plusieurs espèces de reptiles dont la Coronelle lisse, de nombreuses espèces d'oiseaux, ainsi que des espèces d'invertébrés menacées dont 3 espèces sont protégées ;

Considérant les qualités biologiques avérées du site ;

Considérant que le site héberge différents milieux naturels présentant un potentiel d'accueil de la biodiversité en particulier des prairies humides dont des bas-marais acides, des jonchaies acutiflores et des mégaphorbiaies, des prairies mésophiles, des landes et pelouses acidophiles, des forêts feuillues et des milieux aquatiques ;

Considérant que ce site héberge au moins 8 espèces de plantes rares dont 4 sont protégées, ainsi que plusieurs espèces d'oiseaux peu répandus dont la pie-grièche grise et héberge plusieurs espèces d'invertébrés vulnérables ;

Considérant les qualités biologiques avérées du site ;

Considérant que, dans l'intérêt de la protection de la faune et de la flore indigènes du site, il y a lieu de gérer les espèces animales...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI