20 MAI 2020. - Arrêté du Gouvernement wallon étendant le périmètre, retirant des parcelles agréées, modifiant les conditions de gestion et abrogeant les arrêtés constitutifs de la Réserve Naturelle Agréée de « Kolvenderbach » à Büllingen et Amel

 
EXTRAIT GRATUIT

Le Gouvernement wallon,

Vu la loi du 12 juillet 1973 sur la conservation de la nature, article 6, modifié par le décret du 7 septembre 1989, article 10, modifié par le décret du 11 avril 1984, article 11, modifié par le décret du 6 décembre 2001, article 12, article 13, article 18, article 19, modifié par le décret du 6 décembre 2001, article 37, modifié par les décrets du 11 avril 1984 et du 22 mai 2008, et article 41, modifié par les décrets du 7 septembre 1989 et du 6 décembre 2001 ;

Vu l'arrêté de l'Exécutif régional wallon du 17 juillet 1986 concernant l'agrément des réserves naturelles et le subventionnement des achats de terrains à ériger en réserves naturelles agréées par les associations privées, articles 10 et 11 ;

Vu l'arrêté du Gouvernement wallon du 13 septembre 2019 fixant la répartition des compétences entre les Ministres et réglant la signature des actes du Gouvernement ;

Vu les arrêtés du Gouvernement wallon du 18 mai 1995, du 25 février 1999 et 30 mars 2003 portant agrément ou extension de la réserve naturelle du Kolvenderbach ;

Vu l'arrêté du Gouvernement wallon du 23 novembre 1998 autorisant par dérogation certains types de chasse dans les réserves naturelles agréées du Großweberbach, du Kolvenderbach et de la Holzwarche ;

Vu l'avis favorable de la section « Nature » du pôle « Ruralité », remis le 2 février 2018 ;

Vu l'avis favorable du Collège provincial de Liège, remis le 14 novembre 2018 ;

Vu l'avis favorable de la Commission de gestion du Parc naturel des Hautes-Fagnes/Eifel, remis le 17 janvier 2018 ;

Vu l'avis remis par les services extérieurs de Malmédy du Département de la Nature et des Forêts, en date du 30 juillet 2018 ;

Vu la demande d'agrément déposée par l'asbl NATAGORA pour le site du Kolvenderbach (quatrième extension), le 22 août 2017 ;

Considérant que le site héberge différents milieux naturels présentant un potentiel d'accueil de la biodiversité en particulier des prairies humides dont des bas-marais acides, des jonchaies acutiflores et des mégaphorbiaies, des prairies mésophiles, des landes et pelouses acidophiles, des forêts feuillues et des milieux aquatiques ;

Considérant que ce site héberge au moins 8 espèces de plantes rares dont 4 sont protégées, ainsi que plusieurs espèces d'oiseaux peu répandus dont la pie-grièche grise et héberge plusieurs espèces d'invertébrés vulnérables ;

Considérant les qualités biologiques avérées du site ;

Considérant que, dans l'intérêt de la protection de la faune et de la flore indigènes du site, il y a lieu de gérer les espèces animales ou végétales exotiques envahissantes ;

Considérant que, dans l'intérêt de la protection de la faune et de la flore sauvages ainsi que de la conservation des habitats naturels de la réserve, il y a lieu de mener des opérations d'aménagement et de gestion de la réserve plutôt que de laisser les phénomènes naturels évoluer de manière totalement libre ;

Considérant que ces opérations d'aménagement et de gestion qui visent à préserver ou favoriser certaines espèces sensibles peuvent impliquer vis-à-vis d'autres espèces non sensibles de devoir poser des...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI